Plan du site | FAQ | partenaires  Theme 3  Thème 3  Theme 3 
   
   
+ A propos du Forum
Processus thématique
Processus politique
Processus régional
Groupes sociaux
+ Processus préparatoire
+ Programme du Forum
Sessions
Évènements parallèles
Panels de haut niveau
Foire et Expo de l'eau
Forum des enfants
Youth Forum
Campaign Posters
Speakers' Corner
Bazar des partenariats
Water & Film Events
+ Évènements culturels
+ Prix
+ Un Forum écologique
Évaluation du Forum
+ Espace médias
+ Bibliothèque
+ Logistique
Sponsors
News
6th World Water Forum
Accueil  > + Programme du Forum  > Sessions > Thème 3
 

Thème 3: Gérer et protéger les ressources en eau

3.1 Gestion des bassins et coopération transfrontalière

3.1.1 Des bassins à l’infini: quels sont les succès et les échecs de l’ « hydro-solidarité » ? Passer en revues les expériences réussies et les points faibles de la coopération locale, nationale et transfrontalière peut permettre de penser de façon plus large et d’identifier les contextes applicables. Ces connaissances et expériences peuvent être partagées par la suite, en particulier avec les pays en voie de développement qui ont une faible marge d’erreur, en vue de mettre en œuvre l’approche dans les conditions les plus propices.
Contact: SIWI et CONAGUA

3.1.2 Apporter de l’eau au moulin : la participation des acteurs peut-elle conduire à une meilleure gestion ? L’expérience montre que susciter un sens des responsabilités parmi les parties prenantes est un élément clé de la réussite d’un projet sur le terrain. Cependant, déterminer les manières appropriées de développer une large participation effective des acteurs dans certaines situations demeure un défi, particulièrement dans des contextes transfrontaliers et des situations de pénurie.
Contacts: CRRH-SICA et Comité de Bassin de la Martinique

3.1.3 Aime ton voisin comme toi-même : comment faire de la coopération transfrontalière pour la gestion de l’eau une relation durable ? Il existe plus de 263 bassins versants transfrontaliers dans le monde et des centaines d’aquifères transfrontaliers dont dépendent plus de 3 milliards de personnes. Du fait que le développement de nombreux pays dépendent de ressources en eau partagées et afin d’améliorer la coopération institutionnelle, d’innombrables outils ont été développés, mais très peu sont vraiment durables et équitables. Par ailleurs, aucun accord ne couvre la majorité des ressources en eau partagées entre les pays riverains concernés.
Contacts: GEF & Réseau des commissions internationales et des organismes de bassins transfrontaliers / Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS)

3.1.4 La boîte à outils : quels outils peuvent aider à la gestion transfrontalière ? IIl est ridicule de creuser un trou avec une scie ou d’enfoncer un clou avec une éponge. Des outils appropriés sont nécessaires pour faire un bon travail. De la même façon, des outils opérationnels efficaces sont nécessaires pour soutenir la coopération transfrontalière et une gestion solide des bassins dans son ensemble. Certains outils se sont déjà montrés efficaces dans certains contextes, mais qu’elle est la situation générale?
Contacts: Association Internationale des Hydrogéologues (AIH)/ Gestion des Ressources Aquifères Partagées (ISARM) et Agence française de développement

3.1.4 Topic 3.1 Rapport et synthèse

3.2 Assurer des ressources en eau et des infrastructures de stockage adéquates pour satisfaire les besoins agricoles, énergétiques et urbains

3.2.1 Plein à craquer : Comment satisfaire les besoins en eau de 3 milliards de personnes de plus ? En 2017, les Nations Unies estiment que près de 70% de la population mondiale rencontreront des problèmes d’accès à l’eau douce. En 2025, approximativement 40% de la population mondiale vivra dans des écorégions souffrant de pénuries d’eau. Comment gérons-nous efficacement la nature plurielle de l’eau, en garantissant qu’une quantité et une qualité d’eau suffisante soit disponible pour satisfaire les besoins humains et environnementaux ?
Contact: Forum de l’eau du Japon & Direction générale des travaux hydrauliques de l’Etat, Turquie

3.2.2 Un pas en avant : Améliorer la gestion de l’eau en anticipant le changement ? Dans les décennies à venir, les approches de gestion devront notamment prendre en compte les projections de demandes croissantes en eau, en nourriture, en énergie, en logement. Par ailleurs, les agences gouvernementales devront travailler transversalement avec de nombreux départements afin de développer des politiques harmonisées pour le développement des infrastructures. Comment peuvent s’adapter les responsables de la gestion de l’eau à ces changements qui défient leurs suppositions et approches ?
Contact: GEF, Partenariat mondial de l’eau et CONAGUA

3.2.3 Derrière un mur ou sous la terre : comment satisfaire nos besoins de stockage. Alors que le stockage total des bassins de retenue s’élève approximativement à 30% des ressources mondiales en eau disponibles, cette sécurité n’est pas sans coût ni effet. Comment peut-on adopter une approche plus holistique concernant la question du stockage, souterrain et de surface, et concernant ses effets potentiels sur les individus, les moyens de subsistance et les écosystèmes ? Des solutions variables sont actuellement étudiées selon les circonstances.
Contact: l’Institut des ressources hydriques et des études sur l'hydroélectricité de Chine et la Commission internationale des grands barrages

3.2.4 Infrastructure écolo: comment l’ingénierie peut protéger les écosystèmes et garantir les moyens de subsistance. L’ingénierie et des techniques innovatrices de gestion de l’eau sont utilisées pour réhabiliter les flux environnementaux sur une base permanente. Parallèlement, les bénéfices économiques pour lesquels ces systèmes de bassins versants ont été initialement développés sont retenus. Cependant, ces approches peuvent-elles vraiment réhabiliter les bassins versants et rassembler toutes les parties en vue d’une solution commune ?
Contact: The Nature Conservancy, Natural Heritage Institute et Tetra Tech

3.2.5 À quoi ressemblera la gestion de l’eau en 2020 ? Les pratiques et les processus de gestion de l’eau changeront davantage dans les 20 prochaines années que pendant les 2.000 dernières années. La profession de l’eau ne porte pas l’attention adéquate à ces futurs changements, bien que certains deviendront probablement des questions cruciales dans les 5 à 10 années à venir. Cette session, tournée vers le futur, prendra en considération les thèmes qui contribueront le plus probablement à ces changements, dont certains qui à première vue ne semblent pas liés à l’eau, tels la migration, la mondialisation, le libre échange, le HIV/SIDA, le développement technologique des secteurs non liés à l’eau … Comment ces questions peuvent-elles affecter le secteur de l’eau et comment peut-on gérer ces changements ?
Contact: IC ICTAS, IWRA, DSI, Institut du tiers-monde de gestion de l'eau (Mexico)

3.2.6 Sujet 3.2 Rapport et synthèse

3.3 Préserver les écosystèmes naturels

3.3.1 Fleurir ou détruire : quelles sont les meilleures façons de gérer la nature ? Les sols remplissent une fonction importante dans le processus des précipitations et par conséquent dans l’approvisionnement en eau douce. En déterminant la meilleure façon de gérer ces ressources il semble logique de prendre en compte les écosystèmes dans leur ensemble. Une approche de gestion des sols, des ressources en eau et des écosystèmes peut-elle répondre aux considérations de développement et d’environnement, en théorie comme en pratique ?
Contact: UNECE/ Gouvernement suisse (à confirmer)

3.3.2 Répartir les richesses : comment partager les bénéfices de la nature. La valeur intrinsèque de l’eau est probablement impossible à calculer mais des gains économiques peuvent être générés selon la façon de la gérer. Combien doit-on investir dans des mesures qui augmenteraient la disponibilité ou qui maintiendraient la résistance des écosystèmes ? Que cela nous coûte-t-il ??
Contact: IUCN (à confirmer)

3.3.3 Agir local, penser global : quelles actions permettent de conserver les écosystèmes ? Presque à chaque coin de rue, les conversations sur le temps abondent. Effectivement, il s’agit même de la société dans son ensemble qui s’alarme du manque ou de l’abondance des pluies, depuis l’agriculteur qui a besoin d’irriguer pour cultiver jusqu’à l’usager d’eau moyen concerné par la quantité et la qualité de l’eau qui coule du robinet. Quels sont les changements sociaux et institutionnels nécessaires pour satisfaire les besoins de chacun ?
Contact: Ramsar & FAO (à confirmer)

3.3.4 Sujet 3.3 Rapport et synthèse

3.4 Gérer et protéger les eaux de surface, et souterraines, de sols et de pluie

De plus amples informations seront bientôt disponibles ! Continuez à consulter cet espace.